Accueil 5 News 5 La Cybersécurité des OIV (Opérateurs d’Importance Vitale)

La Cybersécurité des OIV (Opérateurs d’Importance Vitale)

Par | 21 Mai 2024

Avec la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine, la cybersécurité des Opérateurs d’Importance Vitale (OIV) est devenue cruciale. Ces événements ont accentué les risques cyber pour les infrastructures critiques. Les OIV sont des cibles stratégiques dans les conflits modernes, ce qui rend la protection des OIV encore plus indispensable.

Les cyberattaques se sont intensifiées, touchant non seulement l’Ukraine mais aussi ses alliés, dont la France.

Pourquoi les OIV sont-ils ciblés ?

Les OIV sont essentiels au fonctionnement de la société et de l’économie. Une attaque contre ces infrastructures peut provoquer des perturbations majeures, affectant non seulement le pays ciblé mais aussi ses alliés. Les cyberattaques russes ont souvent ciblé les infrastructures ukrainiennes, et les experts prévoient une intensification de ces attaques, avec des risques de propagation aux pays de l’OTAN, y compris la France​ (blog.google)​​ (Politico)​. Les OIV sont ciblés pour leur impact stratégique, car une interruption de leurs services peut causer des dommages économiques et sociétaux significatifs.

Liste des OIV et exemples

Les OIV couvrent plusieurs secteurs critiques. Voici une liste des secteurs identifiés comme OIV en France, avec quelques exemples pour chacun :

Secteur Exemple Importance
Énergie Électricité de France (EDF), TotalEnergies L’énergie est vitale pour le fonctionnement des industries, des hôpitaux, et de la vie quotidienne. Une attaque sur ce secteur peut paralyser l’économie entière.
Transport Société Nationale des Chemins de fer Français (SNCF), Aéroports de Paris (ADP) Les transports sont essentiels pour la mobilité des personnes et des marchandises. Une attaque pourrait provoquer des perturbations majeures, affectant l’approvisionnement et la logistique.
Santé Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) La santé publique est une priorité nationale. Les cyberattaques contre les systèmes de santé peuvent mettre des vies en danger et provoquer des crises sanitaires.
Eau Veolia, Suez L’eau est une ressource essentielle. Une attaque sur les infrastructures de gestion de l’eau peut avoir des conséquences désastreuses sur la santé publique et l’hygiène.
Télécommunications Orange, FREE Les télécommunications sont le pilier des communications modernes. Une attaque peut paralyser les communications d’urgence et les opérations gouvernementales.
Finance Banque de France, BNP Paribas Le secteur financier est crucial pour l’économie. Une cyberattaque peut provoquer des perturbations économiques importantes et éroder la confiance dans le système financier.
Industrie ArcelorMittal, Saint-Gobain Les industries produisent des biens essentiels et sont souvent interconnectées avec d’autres secteurs critiques. Les attaques peuvent provoquer des arrêts de production et des pertes économiques significatives.
Agroalimentaire Danone, Lactalis L’approvisionnement alimentaire est essentiel à la survie. Une attaque sur ce secteur peut provoquer des pénuries alimentaires et des crises économiques.
Administration et services publics Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), Préfectures Ces organismes assurent le fonctionnement de l’État et des services publics. Les attaques peuvent paralyser l’administration publique et perturber l’ordre public.
Spatial Centre National d’Études Spatiales (CNES), Arianespace Le secteur spatial est crucial pour les communications, la météo, et la défense nationale. Les attaques peuvent compromettre des missions critiques et des services globaux.
Nucléaire Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives (CEA), Orano Le secteur nucléaire est hautement sensible et crucial pour la production d’énergie. Une attaque peut avoir des conséquences catastrophiques sur la sécurité nationale et l’environnement.

Cadre réglementaire et normes

Loi de Programmation Militaire (LPM) : En France, la LPM de 2013-2019 a imposé des obligations de cybersécurité aux OIV. Elle exige la mise en place de mesures de protection spécifiques et le signalement des incidents à l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information).

Directive NIS2 : La Directive NIS2 (Network and Information Security) remplace et renforce la directive originale NIS. Elle élargit le champ d’application et impose des exigences de cybersécurité plus strictes pour les opérateurs de services essentiels et les fournisseurs de services numériques, afin de mieux protéger les infrastructures critiques contre les cybermenaces.

Réglementations nationales : Chaque pays a ses propres réglementations. En France, l’ANSSI fournit des guides et des recommandations pour aider les OIV à se conformer aux normes de sécurité. Le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) joue également un rôle clé dans la protection des activités essentielles de l’État et assure la résilience des infrastructures critiques.

Dispositif SAIV : Le dispositif SAIV (Systèmes d’Information d’Importance Vitale) mis en place par l’ANSSI vise à renforcer la sécurité des systèmes d’information critiques. Il propose des mesures spécifiques et des recommandations pour protéger les infrastructures vitales contre les cybermenaces.

DORA : Le Digital Operational Resilience Act (DORA) est une initiative européenne visant à améliorer la résilience opérationnelle numérique des entreprises de services financiers. Il impose des exigences strictes en matière de gestion des risques et de cybersécurité pour protéger les infrastructures critiques contre les cyberattaques et les perturbations.

Obligations des OIV

Mesures de sécurité obligatoires :

Segmentation des réseaux pour limiter la propagation des attaques.
Systèmes de détection d’intrusion et pare-feu.
Gestion des accès et des identités.
Application de correctifs de sécurité et gestion des vulnérabilités.
Plan de réponse aux incidents : Les OIV doivent avoir un plan pour réagir rapidement et efficacement en cas de cyberattaque, incluant des procédures de détection, de réponse, de confinement, d’éradication et de récupération.

Signalement des incidents : Tout incident de sécurité doit être signalé à l’ANSSI dans les 72 heures suivant sa découverte.

Normes et bonnes pratiques

ISO/IEC 27001 : Cette norme internationale fournit un cadre pour la gestion de la sécurité de l’information.

Norme ISO 27001

NIS2 : La Directive NIS2 impose des exigences de cybersécurité plus strictes pour les opérateurs de services essentiels et les fournisseurs de services numériques, afin de renforcer la résilience des infrastructures critiques contre les cybermenaces.

DORA (Digital Operational Resilience Act) : Ce cadre européen est essentiel pour la gestion des risques et la résilience opérationnelle des infrastructures critiques, en particulier dans le secteur financier.

Recommandations de l’ANSSI : L’ANSSI propose des guides couvrant la protection des systèmes industriels, la gestion des risques, et les bonnes pratiques de cybersécurité. Les recommandations de l’ANSSI incluent des stratégies de gestion des risques adaptées aux menaces actuelles.

ANSSI : Méthode EBIOS Risk Manager

Impacts de la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine a transformé le paysage des cybermenaces. Les cyberattaques russes se sont intensifiées, ciblant non seulement l’Ukraine mais aussi les infrastructures critiques de ses alliés. La France, en tant que membre de l’OTAN et soutien de l’Ukraine, est également exposée à ces risques accrus. Les experts de la cybersécurité anticipent une augmentation des attaques, notamment des attaques par déni de service distribué (DDoS) et des campagnes de désinformation​ (blog.google)​​ (Thales Group)​​ (Politico)​.

Conclusion

La cybersécurité des OIV est plus critique que jamais, surtout dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine. Les OIV doivent se conformer à des réglementations strictes et adopter des normes et bonnes pratiques de cybersécurité pour prévenir, détecter et répondre aux incidents. La collaboration avec les autorités et l’adoption de cadres internationaux sont des éléments clés pour renforcer la résilience face aux cybermenaces croissantes.

Pour plus d’informations, consultez les guides et les recommandations de l’ANSSI . Vous pouvez également visiter le site du SGDSN et le dispositif SAIV pour plus de détails sur les missions de protection des infrastructures critiques en France.